VOTRE HÉBERGEMENT DE COURTE ET MOYENNE DURÉE À PARIS PRÈS DE MONTMARTRE :

Location saisonnière à la journée, à la semaine ou au mois d'une Studette meublée et équipée dans le 18éme
arrondissement de Paris.

Pour vos séjours professionnels ou touristiques, pour vos stages ou formations, pour les salons et expo, pour vos
week-end ou des vacances …

Pourquoi choisir une chambre d'hôtel impersonnelle et cher quand vous pouvez profiter de l'hospitalité d'un
appartement Parisien ?
Choisissez : Version Française  English Version


 Accueil
 Situation & Accès
 Le studio
 Tarifs
 Disponibilités
 Contacts & Réservations
 Le quartier
 A proximité
 Liens Utiles
 Nos Partenaires




Avec nos partenaires:
  Location vacances
gites Paris - location Paris


Partagez:


A Proximité :
(source : parisbalades.com)


Montmartre (Métro Abbesse):

Les carrières de gypse (plâtre) exploitées par les Romains furent utilisées comme lieu de refuge des premiers chrétiens. Au Moyen Age, la butte de Mons Martyrium devint un lieu de pèlerinage consacré à saint Denis : l'évangélisateur des Parisiens qui y fut décapité au 3ème siècle aurait alors marché jusqu'à l'emplacement actuel de Saint-Denis où il aurait été enterré. Au 12ème siècle, Montmartre passa sous la tutelle des Bénédictines (d'où la place des Abbesses) qui y développèrent des vignes et des moulins, avant de voir l'abbaye démantelée par la Révolution. Annexé à Paris en 1860, le quartier a été le berceau de la Commune en 1870-1871 : les canons de la ville y furent dressés, les ballons destinés à observer les lignes ennemies décollaient de la place Saint-Pierre, Gambetta en décolla pour Tours ; Louise Michel, enfant du quartier fut ensuite emprisonnée en Nouvelle-Calédonie. En raison de la lumière des hauteurs et surtout de la modicité des loyers, la butte fut colonisée par les artistes à partir du 19ème siècle : on pouvait y croiser Corot, Géricault, Renoir, Degas, Cézanne, Max Jacob, Apollinaire, Juan Gris, Vlaminck, Braque, Picasso etc. Aujourd'hui, pour éviter les excès du tourisme, la mairie à interdit les bus de tourisme le soir et le week-end. Depuis 1992, la mairie de Paris a fixé des règles architecturales plus strictes pour préserver l'architecture villageoise désordonnée et peu dense du quartier.


Marché aux Puces de Saint-Ouen (Métro Porte de Clignancourt ou Porte Montmartre) :

Chaque fin de semaine, 150 000 à 300 000 chineurs de tous âges, toutes classes sociales et toutes couleurs sont alléchés par l'infinie diversité de marchandises introuvables ailleurs : jouets anciens, livres rares, gravures, catalogues d'exposition, baignoires, armes, lustres, verres "repareillés", phonographes, bijoux, sont collectés puis revendus par 1 300 marchands. Dans le domaine de l'antiquité, le marché aux puces joue le rôle d'un marché de gros : dès l'aube, les antiquaires parcourent attentivement les nouveaux arrivages chinés pendant la semaine.

Les puces se sont développées à la fin du 19ème siècle sur l'espace libre de la zone "non aedificandi" de l'enceinte de Thiers : aucune taxe n'y avait cours et, suite à l'épidémie de choléra de 1832, de nouvelles réglementations interdisaient les marchés au centre de Paris. Surtout, contrecoup des travaux prestigieux d'Haussmann, les miséreux de la ville y trouvèrent refuge. En 1880, peu avant l'invention de la poubelle par le préfet du même nom, 30 000 chiffonniers y vivaient en récupérant les déchets des plus riches. Etablis au nord de la "zone", ils y vendaient chiffons, métaux et nourriture, et on prit l'habitude de venir à Saint-Ouen pour acheter de la brocante. En 1920 s'ouvrit le premier marché organisé, alors que la démolition des "fortifs" commençait. Le marché vient d'être classé (2001) par le ministère de la Culture Zone de protection de patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP) afin d'améliorer l'aménagement des puces (réhabilitation, mise aux normes, création d'un parking et d'espaces de déchargement, etc.).

Le marché aux puces de Saint-Ouen est le plus grand marché aux puces du monde. Il est composé en fait de 16 marchés gérés indépendamment. Le début de la rue des Rosiers, qui marque l'entrée de nombreux marchés propose un bureau d'information. Depuis le marché Vernaison (objets anciens), on voit les petites baraques des premiers temps des Puces. Puis se succèdent le marché Antica (mobilier et objets dans une galerie couverte), le marché Biron (depuis 1925, meubles de style Napoléon III), le marché Cambo (peinture, mobilier anglais), le marché Serpette (objets insolites des années 1950 ou 1960). Le marché Paul-Bert propose un désordre d'objets pour ceux qui aiment chiner. Plus excentrés sont le marché Jules-Vallès (brocante) et le marché Malik (1920, vêtements et accessoires). Les entrepôts de la rue Jean-Henri-Fabre vendent des appareils ménagers et des meubles à bas prix. L'avenue Michelet est bordée de marchands de cuir.



Cliquez sur l'image
pour agrandir

Extérieur


Vue de la logia sur la bute Montmartre

Vue de la logia sur la bute Montmartre

Marché couvert de la Chapelle

Marché couvert de la Chapelle

Marché couvert de la Chapelle

Marché couvert de la Chapelle

La résidence, 8 rue Boucry

La résidence, le square et la piscine
Intérieur

Salle de bain

Salle de bain

La logia

La logia

Le coin cuisine

Le Studio

Le Studio

apartment, hire, hiring, rent, paris, Paris, Tour Eiffel, eiffel tower, republique, Republique, République, république, Canal, canal, Martin, martin, Saint, saint, appartement, location, semaine, week, dormir, hotel, hôtel, studio, 3, 10, arrondissement, district, chambre, bedroom, logement, loger, location, LOCATION, studio, STUDIO, meublé, MEUBLE, Paris, Montmartre, Hôtel, Hotel, logement, hébergement, résidence, gîte, chambre, séjour, stage, salon, expo, week-end, vacances, courte durée, expatrié, rental, hire, let, rent, accommodation, flat, room, short term, location de courte durée, short term rental, furnished flat